X

mai

Conférence Umanima : L’envie de faire pour l’animal permet de stimuler la mobilité

La situation de Maria a été présentée lors de notre conférence du 18 octobre 2013. Cette femme de 87 ans réside au sein d’une maison de retraite auprès de laquelle Umanima intervient. Du fait d’un AVC (Accident Vasculaire Cérébral), Madame a un déficit de l’hémicorps droit partiel associé à un état dépressif.

Lors de la conférence, nous nous sommes attachés à expliquer comment nous avons pu répondre à un des objectifs premiers qui était le maintien et l’amélioration de sa motricité et plus particulièrement de lutter contre cette perte de tonus à droite.

Helsie a été l’élément moteur qui a permis de tendre vers cet objectif. Maria a créé une complicité avec le chien qui l’a amené à être de plus en plus ouverte par son envie de prendre soin du chien. En effet, Madame a d’abord réalisé les ateliers pour le chien, puis observant ses progressions, elle les a aussi continués pour elle-même.

Lors des ateliers, pour un besoin de réassurance, les consignes de caresses ont été effectuées avec le bras et la main gauche, puis progressivement sur des gestes d’abord guidés puis initiés et enfin seule elle a réalisé les consignes avec le bras et la main droite. Au cours des séances l’amplitude demandée a été accentuée ainsi que le nombre de caresses à effectuer. Simultanément, Maria réalisait ces consignes en étant assise, mais en ayant le buste verticalisé (décollé du dossier) et ses pieds en appui au sol.

Ce travail assis a permis, une fois le tonus suffisant récupéré, de se diriger vers des ateliers debout. En gardant les mêmes gestes amples le long de la ligne de dos du chien, cela permettait l’alternance des appuis au sol d’un pied sur l’autre et donc la réappropriation de son équilibre.

Le film ci-dessus, diffusé lors de la conférence, montre deux des ateliers principaux effectués lors de ces séances, le moment de la récompense au chien que Maria réalise avec la main droite (qu’elle n’utilisait plus avant le programme) et une dernière séquence dans son quotidien où Maria se réapproprie ses compétences de déplacement.


LIRE LA SUITE

Même à 103 ans, les animaux restent une source d’affection et d’échanges.

IMG_4477

C’est parfois Gaya qui réveille Mme Hervé à son arrivée, en manifestant sa présence par le contact de son pelage contre ses jambes. C’est toujours avec autant de plaisir qu’elle nous reçoit chez elle 2 fois par mois, avec Gaya le chien-médiateur, Domino le lapin nain et moi-même.

Au cours de ces rencontres, l’envie de faire plaisir et de prendre soin d’autrui incite Mme Hervé à se lever pour prendre dans le placard de sa cuisine, les restes de pain, mis spécialement de côté pour Gaya et Domino. Après plusieurs minutes d’interactions entre Mme Hervé et ses « compagnons de route » comme elle les appelle, Mme Hervé s’installe avec eux (Domino blottit dans le creux de son coude et Gaya à ses pieds). Les animaux sont ici une source de motivation et un stimulant affectif pour Mme Hervé qui se saisit de ce moment privilégié, pour me raconter l’un de ses nombreux récits de son histoire de vie.  

Ayant toujours été entourée d’animaux, c’est avec entrain et bonne humeur et parfois avec émotion qu’elle me raconte toute la douceur et l’affection qu’ils lui ont apporté au fil de ses 103 années ! Il m’est alors bien souvent difficile de partir, Mme Hervé ayant toujours une histoire lui en rappelant une autre !

Au moment de se quitter, Mme Hervé m’interpelle au pas de sa porte et clôture notre rencontre par cette recommandation : « Prenez-bien soin d’eux, vous verrez ils vous le rendront bien ! ».

Laurence Prou, intervenante en médiation animale Umanima

LIRE LA SUITE