Une main qui s’ouvre pour l’animal (suite)

Octobre 2009
Seconde séance avec la dame avec la main crispée.
Après la séance dernière, la main s’était  refermée, je propose à nouveau des caresses, la douceur du pelage du chien détend la main, elle déplie alors deux doigts l’index et le majeur, elle s’aide de l’autre pour ouvrir l’annulaire et l’auriculaire.
Sa main reste dans cette posture et la dame caresse le chien.
Je propose ensuite de brosser le chien, elle me dit qu’elle ne peut pas, puis l’envie est plus forte, nous plaçons  la brosse dans la main. Dans un premier, elle ne la tiens pas, car cette main serrée depuis longtemps a peu de sensation au niveau de la paume.
Je lui place l’oreille très douce du chien dans sa paume, elle ressent la caresse du pelage, la chaleur. La dame serre alors l’oreille et bouge même ses doigts, en me disant “que c’est doux et agréable au touché“.
Nous reprenons à nouveau la brosse, les sensations sont plus importantes, la dame brosse le chien, la praxie est bonne, le mouvement encore très incertain, mais cette main s’était réveillée par l’envie d’avoir de l’attention pour le chien et c’était cela le plus important.

Octobre 2009

Seconde séance avec la dame avec la main crispée.

Après la séance dernière, la main s’était  refermée, je propose à nouveau des caresses, la douceur du pelage du chien détend la main, elle déplie alors deux doigts, l’index et le majeur, elle s’aide de l’autre main pour ouvrir l’annulaire et l’auriculaire.

Sa main reste dans cette posture et la dame caresse le chien.

Je propose ensuite de brosser le chien, elle me dit qu’elle ne peut pas, puis l’envie est plus forte, nous plaçons  la brosse dans la main. Dans un premier temps, elle ne la tient pas, car cette main serrée depuis longtemps a peu de sensation.

Je lui place l’oreille très douce du chien dans sa paume, elle ressent la caresse du pelage, la chaleur. La dame serre alors l’oreille et bouge même ses doigts, en me disant “que c’est doux et agréable au touché“.

Nous reprenons à nouveau la brosse, les sensations sont plus importantes, la dame brosse le chien, la praxie est bonne, le mouvement encore très incertain, mais cette main s’était réveillée par l’envie d’avoir de l’attention pour le chien et c’était cela le plus important.