X

handicap

La médiation animale en Foyer de vie : de la sensorialité à la connaissance du corps, une passerelle vers l’autonomie

Tous les lundis matin, nous intervenons au sein du Foyer de vie « Pignatel » situé à Pleurtuit (35) accueillant des adultes ayant une déficience intellectuelle de légère à moyenne. Les séances de médiation animale sont étroitement liées aux projets individualisés. Dans ce cadre les objectifs des séances mises en place pour Loic consistent à travailler autour de l’image du schéma corporel. Pouvoir situer les différentes parties du visage ou encore nommer une partie du corps, ont été et sont les attendus des différents exercices réalisés, tout en caressant ou en brossant Lila, mon partenaire canin.

Progressivement, les caresses spontanées sont associées à cette connaissance du schéma corporel. En guidant lentement les mains de Loïc sur le pelage du chien, on apprend à découvrir des sensations de douceur, de chaleur mais aussi de rugosité… Cette exploration sensorielle est une approche douce et non agressive permettant de créer une proximité physique et affective avec l’animal. Lorsque la main de Loïc glisse sous l’oreille du chien pour percevoir la chaleur ou encore sur la patte pour apprécier sa douceur, toutes ces parties sont nommées par l’intervenant.

Au fur et à mesure des séances, c’est Loïc qui nomme la partie qui est caressée. Le schéma corporel du chien fait dorénavant partie des connaissances de Loïc. Associer les parties du chien à celle du corps humain est le fil conducteur des séances actuelles . Par cette association Loïc s’approprie le schéma de son propre corps pouvant être utile lors des soins quotidiens (toilette, situer une douleur…).

La résultante de cet accompagnement est que durant les dernières séances, Loïc m’interpelle en nommant et en me montrant ses pieds. Une demande explicite, effectivement, Loïc désire caresser le chien avec ses pieds.

Au delà de la conscientisation de son corps, Loïc est aujourd’hui à même de formuler une envie et de faire un choix. Les séances de médiation animale participent au développement de l’autonomie de la personne. L’affirmation de soi, par le comportement nouveau de Loïc intègre cette dynamique.

Yvonnick Marmignon, intervenant en médiation animale Umanima

IMG_20140303_114021

 

 

LIRE LA SUITE

Cet article a été écrit par les participants aux séances du foyer de l’Orgerie, établissement pour personne IMC (Infirmité Motrice Cérébrale)

DSC02290

Depuis octobre 2011, Laurence Prou, psychomotricienne, zoothérapeute, de l’association UMANIMA, intervient à l’accueil de jour »Casa-Diaz », situé à Vern-sur-Seiche, un mercredi sur deux de 10 heures 45 à 11 heures 45. Elle vient accompagnée d’un golden retriever, Gaya, d’un lapin nain, Domino, et d’un cochon d’Inde, Skippy.
Par le biais de l’animal, nous travaillons divers objectifs :
– la mobilisation des membres supérieurs et inférieurs
– la respiration
– la confiance en soi, l’estime de soi
– la concentration
– la motricité fine
– la marche

Ces objectifs, que nous fixons avec Laurence Prou, sont en lien avec notre projet personnalisé, pour faciliter nos gestes dans la vie quotidienne notamment lors des repas, la conduite de nos fauteuils roulants électriques, de la préparation de l’activité cuisine (éplucher les légumes…)
La zoothérapie est complémentaire à nos séances de kiné. Cette activité nous apporte des choses différentes, nous ne travaillons pas de la même façon, c’est plus ludique.

Pour nous, le contact avec l’animal est apaisant, réconfortant. La séance stimule nos sens, notre mémoire. Nous aimons beaucoup cette relation avec Gaya, Domino et Skippy pour la douceur du toucher, leur calme.

           Foyer de l’orgerie, ADIMC 35, Vern-sur-Seiche

LIRE LA SUITE

Les professionnels participent aux séances de zoothérapie.

Association de Zoothérapie du Bassin Rennais, Bretagne, France, lapin, infirmière

Les professionnels des structures participent aux séances. Ce sont eux qui sont à l’origine des objectifs individualisés travaillés en atelier. Nous remplissons ensembles les grilles d’évaluations qui permettent un suivi et une cohérences des programmes.
Cette participation active, permet aussi une appropriation du projet par les équipes. Elles ont ainsi un support d’échange et de stimulation entre chaque séances.

LIRE LA SUITE

Une main qui s’ouvre pour l’animal (suite 3)

DSCF0295DSCF0293

Avec des exercices de soins auprès de l’animal, l’attention est porté sur le chien et non pas sur soi, les retenus s’estompent.

C’est alors que la volonté d’échange, donne la motivation pour aller plus loin que ce qu’on imagine, le bras droit s’est détendu, la main s’est donnée le droit de se relâcher.

La dame, a posé fièrement. La main droite sert d’appui, la main gauche s’exerce et se coordonne pour donner de l’autonomie, le corps est plus équilibré.

LIRE LA SUITE